Savoir être élève

Mise en ligne le 27 août 2017

Facebook
Twitter
Imprimer

OK, c’est super ringard de parler en France de sa vie spirituelle ! OK, c’est encore plus douteux de prétendre avoir eu un Maître.

Comme si on s’était compromis dans un exercice illégal de l’amour humain ! Alors c’est encore pire, si je vous dis combien c’est grand, combien c’est magnifique, combien c’est Essentiel d’apprendre à être élève. Oh, bon sang, je vais risquer l’anathème avec une telle confidence : Bernard Montaud est un illuminé, un new-âge, un hystérique… voilà bien ce que j’entends siffler autour de mes oreilles depuis tant d’années !

Et pourtant, se peut-il que cela soit seulement un étage supplémentaire dans les expériences amoureuses humaines ? Un étage au-dessus de tous nos amours terrestres, nos amours avec maman, papa puis nos conjoints. Un étage au-dessous de tous nos amours mystiques, de tous nos amours célestes, avec l’ange, avec le Christ ou avec Dieu. Et s’il s’agissait d’un amour intermédiaire ? Et si cet amour pour un maître spirituel au-dehors conduisait tout naturellement à un autre amour pour un maître spirituel intérieur : l’ange, le kami, le « maître intérieur » comme disait Gitta, ou plus simplement notre intuition géniale, notre inspiration créatrice ? Alors l’amour avec un maître spirituel serait en quelque sorte le dernier amour terrestre et en même temps le premier amour mystique.

Bon, c’est sûr, il y a des risques de dérives sectaires, des risques de mauvais Maîtres, des risques d’abus en tout genre !

Mais pas plus que dans tous les autres amours. Il y a toujours un risque de se perdre dans tous nos amours, pour pouvoir vraiment savourer le bonheur de se trouver, de se retrouver grâce à l’autre. Il ne peut pas y avoir de victoire possible sans le risque de l’échec. Il ne peut pas y avoir de couple spirituel vrai sans le risque du couple sectaire faux. Arrêtons cet infantile discours contre le vilain gourou, tant il faut toujours prendre le risque du gourou pour apprendre ensuite le discernement entre le vilain et le gentil.

Un jour, quelque part sur terre, j’ai ouvert une porte et je me suis retrouvé nez à nez avec une vielle femme dont je suis devenu fou amoureux en quelques secondes. Comment expliquer une chose pareille ? Moi-même j’en étais dérouté. En quelques minutes, j’ai été tellement subjugué par cette beauté humaine intérieure que j’ai su immédiatement que je consacrerais ma vie à cette femme et à son enseignement. Mais où prend-on de telles certitudes ? Car c’est bien de cela qu’il s’agit :

le Maître, on le reconnaît et non pas on le découvre. Quelque chose en nous l’a cherché toute notre vie, sans même qu’on le sache vraiment.

Et voilà que soudain on est au rendez-vous d’une tout autre dimension amoureuse, plus forte que toute logique, plus forte que toute intelligence. Contre toute attente on explose de bonheur, de certitudes inexplicables, de convictions inébranlables, alors que cela fait seulement quelques dizaines de minutes que l’on a croisé cette personne. OK, j’ai dû être fou, totalement fou ! Mais trente ans plus tard, je ne regrette toujours pas cet instant inoubliable et les décisions qu’il m’a fait prendre. Trente ans plus tard, j’ai bel et bien consacré toute ma vie à cet enseignement et à Gitta Mallasz, mon Maître (même si elle détestait ce genre de terminologie « Maître-élève »).

Gitta Mallasz 1907-1992

Et que puis-je vous dire d’autre, sinon que cette rencontre fut décisive dans ma vie, la chamboulant tout entière dans tous les secteurs de mes activités,

m’invitant bientôt à choisir une tout autre existence de service et d’aide à autrui que je n’aurais jamais pu envisager auparavant. Gitta était tout simplement pleine exactement là où j’étais vide. Et la sauce a bien pris entre nous deux ! Tant j’ai eu besoin pour lui plaire de lui ressembler… comme dans tous nos amours d’ailleurs ! Tant j’ai eu besoin de découvrir le meilleur de moi-même, seulement pour la garder. C’est cela, être élève : apprendre à rejoindre le meilleur de soi grâce au Maître, seulement pour le garder. C’est vraiment cela, tout l’enjeu de cet amour furieux : apprendre à être meilleur pour rester auprès du meilleur de l’humain que représente ce fameux Maître. Et si au passage, durant cet amour, on apprenait seulement à fréquenter le meilleur de soi, qui pourrait bien y trouver à redire ?

Être élève, c’est une tout autre façon d’envisager l’existence, comme une sorte de chevalerie projetée dans la modernité.

Être élève, c’est une tout autre façon d’aimer, aimer soi-même, le Maître, les autres et ensuite le monde. Comme s’il s’agissait d’apprendre à aimer le pire de soi-même pour être capable ensuite d’aimer le pire du Maître, le pire des autres et le pire du monde. Être élève, c’est un tout autre besoin de Vérité, un tout autre besoin d’intensité de l’existence, une tout autre fidélité conduisant à une noblesse d’âme que seule cette expérience peut nous offrir.

C’est un peu facile de se moquer sans cesse de cette aventure magnifique, en la comparant toujours à l’odieux couple entre un gourou pervers et son stupide disciple. Car apprendre à être l’élève d’un Maître,

c’est selon moi une sorte de voie royale qui pourrait conduire chacun vers le meilleur de lui-même, et ainsi permettre à l’espèce humaine tout entière sa grande mutation intérieure produisant la suite de la vie sur terre.

Se peut-il qu’il existe une vie spirituelle sans Maître, sans mentor ? J’en doute, tant il y a des passages difficiles que seul un Maître peut nous faire passer, et que seulement au nom de cet amour incroyable on a la force de passer. Peut-on vraiment grandir spirituellement sans cette aventure auprès d’un Maître ? Sans doute toute une partie du chemin est-elle possible, mais il viendra toujours l’heure des grands rendez-vous avec soi-même où il est impossible de passer tout seul, impossible de se dépasser sans l’amour du Maître !

Alors, « savoir être élève », ce n’est pas une mince affaire pour tous ceux qui veulent grandir intérieurement.

Et trente ans après ce grand amour qui a tant envahi ma vie, je suis encore abasourdi de l’existence que cette aventure m’a fait mener. Encore abasourdi de la qualité des gens que j’ai alors croisés sans cesse, encore abasourdi du monde dans lequel j’ai vécu. Comme s’il existait des humains et un monde « juste à côté », comme s’il y avait le monde et les hommes tels que nous les connaissons, et un tout autre monde et de tout autres Hommes que nous ne pouvons rencontrer qu’avec le meilleur de soi-même. Alors il faut être bien clair : être élève, c’est vraiment pour apprendre à vivre dans le monde « juste à côté » ; être élève, c’est entrer dans sa propre légende et vivre alors une existence imprévue, une tout autre existence, comme un détournement de destin !

Puissiez-vous tous rencontrer vos Maîtres pour vérifier ce que je vous raconte… surtout ne me croyez pas sur parole : VÉRIFIEZ !

Facebook
Twitter
Imprimer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Author’s gravatar

Quel beau cri du coeur tout ouvert, si sincère ! c’est vrai que c’est un rendez-vous incroyable parmi les autres : reconnaître cet amour la. J’y suis pas encore mais parfois le sens tel une force qui m’habite et m’appelle … Merci Bernard de le dire cet amour là, j’ai envie de suivre ! laisser le coeur être pris.

Author’s gravatar

merci infiniment pour ce témoignage et l’enseignement qui en découle. Pour ma part
je crois que le chemin ne peut s’ouvrir qu’en présence d’un maitre qui nous invite à cette
conversion intérieur. Notre soif ne peut être étanché que part cet autre qui nous accompagne et
nous élève dans notre dignité d’homme. Cette rencontre est d’une valeur inestimable et nous
conduit à la plus haute marche de nous même. Il est difficile et je dirais presque impossible d’y
parvenir seule. Malgrés l’aspiration et l’intime intuition de ce dialogue intérieur vivant et de sa
présence l’écueil de se perdre ou de rester une coquille vide guette l’aspirant. Dans votre
experience cette rencontre à changer votre regard et sa présence bienveillante et aimante
vous à aspirer de l’intérieur vous donnant à toucher l’essentiel. C’est grace à ce flot d’amour
que votre coeur s’est déployé. Beaucoups d’aspirant souhaiterait cette grâce qui vous à été donné.
Gita était un être hors du commun par sa bonté naturelle et sa capacité à s’émerveiller. Vous avez
pu bénéficier de son rayonnement et de la foi qu’elle distillait en vous . Comment sortir de l’aveuglement tant le monde est atteint de cecité. Ce sommeil profond dans lequel nous sommes
plongé demande un reveil ou un éveil que seul un être dans l’accomplissement peut nous souffler.
Vos paroles sont les fruits d’une rencontre dont vous êtes le dépositaire. Ce cadeaux précieux
vous à été offert et sans cela quelle voix peut guider nos pas et secouer nos certitudes.
Gita avait cette grace naturelle qui je dirais est contagieuse pour ceux qui l’entouraient.
Vous avez pu en bénéficier et en recevoir les bienfaits. Son enseignement vivant vous a instruit de
l’intérieur et à changer votre vie. C’est cela votre chance inouie que vous même vous relatez et dont
vous reconnaissez la valeur immense. Rencontrer son maitre est une grâce que le maitre nous donne
et dont nous sommes et restons les serviteurs. Sans cet amour du maitre, nous restons en semence
dans l’inaccomplie de nous même et la non connaissance. Que peut on esperer alors si nos efforts
sont vains et notre recherche voué à l’impossible à l’inaccessible. je vous pose cette question vous
qui nous renvoyait à ce chemin possible mais rendu impossible sans la présence d’un maitre.
Est il possible de cheminer sans l’appui d’un maitre si le maitre n’est pas là? je dirais maitre dans
le sens d’un être nous permettant de nous déployer comme Gita que je n’ai pas eu la chance de
croiser sur mon chemin. Cécile

Author’s gravatar

Mon dieu, quel magnifique commentaire ! Pour me répondre ainsi, vous avez forcément rencontré, vous aussi, cet état d’Elève si nourrissant pour l’âme.
Je crois que cet dans l’état d’Elève que l’on apprend le mieux cette expérience d’obéissance et de reconnaissance qui devra ensuite s’appliquer à l’ange, au Christ et à Dieu.
Je suis d’ailleurs à vie un élève de Gitta Mallasz, car être élève de Gitta Mallasz est bien plus important que seulement être Bernard Montaud.
A mon avis, sans passer par cet amour porté au Maitre, il y a des épisodes de la transformation intérieure qui deviennent impossibles !
Recevez tout mon respect…

Bernard Montaud

Author’s gravatar

merci pour cette réponse et ce commentaire qui m’encourage et
me donne des ailes pour continuer. J’apprends avec des tatonnements et des écueils à devenir cette élève dans le tumulte
du monde et ses facécies. J’écoute cette voix intérieure comme
un enfant tête sa mère et cherche sa présence bien aimante. Je retrouve la foi en rentrant dans les églises mais pas une foi morte
ou de la mauvaise foi du moins je m’exerce à developper cet art
du divin, cet or intérieur. J’ai beaucoups de gratitude envers les
êtres qui communique cette joie profonde et je reprends doucement la lecture soigné et respectueuse du dialogue avec
l’ange. Je vous suis reconnaissant de me donner ces éclairages
et cette guidance. Merci infiniment Cécile